Tournée en 7 jours et nécessitant 70 prises, la scène de la douche de Psychose reste encore aujourd'hui l'un des sommets de l'histoire du Cinéma.  

 

Magistralement construite, elle nécessita tout le talent de Saul Bass, fameux concepteur de générique à l'origine du storyboard de la scène, du compositeur Bernard Hermann, dont les stridents violons son autant de coups de couteau, et de la maestria du cinéaste Anglais, qui par la multiplicité des plans et un savant effet de rupture, parvient à faire jaillir toute la violence de la scène sans jamais montrer la lame pénétrer le corps de la victime jouée par Janet Leigh.

Pour saisir toute l'importance de la musique dans cette scène...

Retour à l'accueil