20121003 185215

 

Les premières fois sont toujours spéciales, et cette première édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux ne déroge pas à la règle.

Ce projet un peu fou est né il y a 1 an et demi, sous l'impulsion de Pauline Reiffers ( Présidente ) et de Johanna Carraire ( Directrice ), toutes deux fondatrices d'une jeune et ambitieuse association qui a pour nom "Semer le doute". Et de doutes il n'est point question lorsqu'elles s'attaquent à ce projet risqué : créer un festival dans une ville désertée par le cinéma ( Voilà quatre ans que le Jean Vigo a fermé ses portes, et le dernier projet cinématographique date de 7 ans ) dans un pays où la concurrence, elle, est rude. D'où une ligne éditoriale assez claire et revendiquée faisant la part belle au cinéma indépendant vu à travers le prisme de la jeunesse :

Jeunes réalisateurs, premiers et seconds films, programme jeunesse, processus d'éducation à l'image seront donc à l'honneur dans un désir de cohésion autour de cet esprit de liberté qui traverse le cinéma indépendant.

 

Le FIFIB 2012 c'est :

 

24 films ( dont 8 en compétition officielle ), des Masterclass, des focus, des rendez vous professionnels, mais aussi un jury prestigieux :

Nathalie Baye ( Présidente )

 

Jordan Mintzer ( Auteur de l'ouvrage "Conversations avec James Gray", Scénariste/Producteur de "Putty Hill"

 

Pilar Lopez de Ayala, Actrice ( Rôle titre dans "l'Etrange affaire Angélica" )

 

Tom Stern, directeur photo attitré de Clint Eastwood depuis "Créance de sang" et César de la meilleure photo pour "Faubourg 36" ne put se libérer pour cause de tournage, il fut donc remplacé par Fabrizio Mosca, producteur

 

Charles Tesson, historien du cinéma, critique émérite et récent délégué général de la semaine de la critique à Cannes.

 

Et, comme prestigieux parrain, Olivier Assayas, auquel la première journée sera entièrement consacrée, puisqu'elle s'ouvrira par la projection du mal-aimé et incompris "Demonlover"( en 35mm s'il vous plaît ! ), pour enchaîner avec une Masterclass de l'auteur, et se terminer en clôture de la cérémonie d'ouverture par la projection de son dernier film en avant première Française : "Après Mai", prix du meilleure scénario à Venise.

 

 

Festival-du-film-de-bordeaux.jpg527792_275707812540869_1095540982_n.jpg

 

En ce qui concerne la compétition officielle, certains films ont déjà connu une projection dans divers festival :

C'est le cas d'"Antiviral" de Brandon Cronenberg, "Rengaine" de Rachid Djaïdani, ou "Gimme The Loot" d'Adam Leon, tous trois vus à Cannes, "Les Coquillettes" de Sophie Letourneur, "El Estudiante" de Santiago Mitre, tous deux vus à Locarno. "Not Waving but drowning", premier film de la jeune réalisatrice Américaine Devyn Waitt fut quant à lui déjà projeté au Champs-élysée film festival

Côté inédit : "Avalon" d'Axel Petersén et "L" de Babis Makridis seront donc à surveiller de près sur les écrans du FIFIB. Notons aussi la projection, lors de la cérémonie de clôture, du dernier Costa Gavras en Avant-première :    "Le Capital"

Ne boudons pas notre plaisir, car si certaines oeuvres ont déjà imprégné quelques rétines dans d'autres festivals, leur sélection commune au sein d'une programmation cohérente et frappé du sceau de la jeunesse et de l'indépendance prend ici tout son sens. C'est dans leur vision successive que nous pourrons juger d'une éventuelle prise de pouvoir par une nouvelle génération de cinéastes invoquant des nouvelles formes d'expression artistique.

 

30348_275707852540865_1613010033_n.jpg

 

 

Nous reviendrons plus en détail sur les projections de Demonlover et Après Mai, ainsi que sur la Masterclass, qui fut une occasion pour Assayas de nous parler de son oeuvre, mais aussi de son rapport au cinéma, à la critique, aux arts qui l'ont influencé, et au cinéma asiatique. Un entretien passionnant auquel nous accorderons une page entière très bientôt.

 

La cérémonie d'ouverture aura lieu à 21h30 au lieu de 20h30, dans une salle comble du TNBA, et dans une ambiance à la fois chaleureuse et bon enfant ( "Le problème quand on vient à Bordeaux, c'est qu'on nous offre un verre de vin, ce qui ne me réussit pas. Je suis pompette " dixit Nathalie Baye )

Elle fut aussi l'occasion, pour les deux fondatrices du festival, de découvrir en même temps que nous l'aboutissement d'un projet dont nous imaginons volontiers le degré d'investissement, et que le public salua par un tonnerre d'applaudissements.

Vint alors la présentation du Jury par Leo Soesanto qui fut aussi l'occasion de faire monter sur scène un invité d'honneur en la personne de Jonathan Caouette : Le Festival lui réserve effectivement un FOCUS spécial, à savoir la projection de "Tarnation", "Walk Away Renée", "All flowers in time" et d'un film qu'il admire tant son influence sur lui est sans équivoque ; "3 femmes" de Robert Altman.

 

 

251232 275707935874190 1542269507 n

 

En bref, une organisation déjà en place, un accueil chaleureux, une programmation solide pour une première édition, reste à se faire un nom et à assumer son statut de "laboratoire des nouvelles formes" afin de devenir un événement immanquable dans le paysage festivalier et cinématographique Français.

Longue vie au FIFIB

 

Le site du festival :

http://www.bordeaux-festival.com/

Retour à l'accueil